A la une

  Google+ Dailymotion

Les Agendas

Travaux parlementaires

Déposer une contribution

Espace presse

Déontologie

Représentants d'intérêts

Bloc notes

  • Paul Reynaud le 29 septembre 1936 sortant de l'Assemblée nationale, Cour du Pont - Source : Henri de Kérillis, député

    Cinquantenaire du décès de Paul Reynaud

    Il y a 50 ans, le 21 septembre 1966, disparaissait Paul Reynaud à presque 88 ans. Avocat de profession, Paul Reynaud est élu pour la première fois député des Basses-Alpes en 1919, dans la Chambre "bleu horizon" Plusieurs fois ministre à partir de 1930, avec le portefeuille des finances, de la Justice ou des colonies, il devient, le 21 mars 1940, président du Conseil et simultanément ministre des Affaires étrangères, de la Défense nationale et de la Guerre dans une France entrée en guerre six mois auparavant. Il tente de resserrer l'alliance avec l'Angleterre de Churchill et de convaincre les autres ministres de poursuivre la lutte outre-mer mais les partisans de l'armistice et du renoncement font bloc autour de Pétain. Il démissionne le 16 juin, le Gouvernement s’étant replié à Bordeaux en raison de l’offensive allemande. Victime d'un grave accident de voiture, il ne peut rallier Vichy et prendre part au vote du 10 juillet sur les pouvoirs constituants demandés par le maréchal Pétain. Arrêté en septembre 1940, déféré devant la Cour de Riom, Paul Reynaud est déporté de 1941 à 1945. À nouveau député en juin 1946, il redevient un homme politique en vue, figure de proue des Républicains indépendants. Favorable au retour du général de Gaulle en 1958, il s’oppose cependant en 1962 à son projet d’élection du Président de la République au suffrage universel. Il est battu aux élections de novembre 1962. Il poursuit ensuite sa carrière d’écrivain en publiant notamment ses mémoires et ses carnets de captivité. Pour en savoir plus, cliquez sur le titre.
  • Montage de 4 photographies sur la prison - Source : Conseil de l'Europe

    Comité européen pour la prévention de la torture : appel à candidatures

    Le mandat du membre du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) désigné au titre de la France prendra fin le 19 décembre 2017. La délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe doit élaborer une liste de trois candidats qui sera présentée aux autorités compétentes du Conseil de l’Europe afin de pourvoir le siège au titre de la France. Pour en savoir plus et connaître les modalités de candidature, cliquer sur le titre.
  • Magnets avec image de la colonnade  - Source : Assemblée nationale

    La Boutique de l'Assemblée nationale

    Depuis 1989, l'Assemblée nationale dispose d'une Boutique, située au 7 rue Aristide Briand dans le 7ème arrondissement de Paris, qui permet au public de s'informer sur l'activité de l'institution. Son rayon librairie présente des ouvrages portant sur des sujets historiques et institutionnels. Des collections exclusives d'objets souvenirs, régulièrement renouvelées, sont également proposées. Elles s'inspirent des couleurs de la République et des symboles historiques et architecturaux de l'Assemblée nationale.Visitez notre boutique en ligne en cliquant sur le titre ci-dessus.

Autres actualités